vendredi, 03 juin 2016 10:12

Participation à la XII ième Conférence de Coopération Régionale, 2016

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Guyane a accueillie la XIIè Conférence de coopération régionale Antilles-Guyane du 31 mars au 1er avril 2016 prévue dans loi d’orientation de l’Outre-mer. Cet évènement international planifié par le gouvernement a rassemblé plus d’une soixantaine de personnalités publiques et privées, notamment, la Ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, des politiques, diplomates, socioprofessionnels, officiels et institutionnels des territoires caribéens et sud-américains. Deux membres de la commission coopération tourisme du CCEE ont participé à cette conférence.

 La conférence de coopération régionale comprenait différents panels de discussion.

  • L’adhésion des CFA aux organisations régionales
  • L’accueil des agents territoriaux dans le réseau diplomatique de l’Etat
  • La coopération régionale dans la zone Antilles-Guyane vue de Bruxelles
  • La circulation des personnes
  • Les opportunités d’affaires dans la Caraïbe et en Amazonie ; l’accompagnement à l’export et l’identification des blocages
  • La coopération universitaire et les opportunités dans la Caraïbe

 

Adhésion des CFA ( Collectivités Françaises d'Amérique) aux organisations régionales

Ce point a fait l’objet de nombreuses discussions et intéresse la coopération territoriale des collectivités dans le sens ou l’adhésion des CFA aux organisations régionales type AEC (Association des Etats de la Caraïbe), CARICOM (Communauté Caribéenne) ou OECO (Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale) devrait grandement faciliter le montage de projets interrégionaux et ouverts à l’international. La proposition de programme de travail sur les sargasses faite au cours du Conseil des Ministres de l’AEC le 19 janvier 2016 à Port-au-Prince en est un bon exemple.

L'Association des Etats de la Caraïbe (AEC)  comprend 25 états membres et 8 membres associés (dont Martinique et Guadeloupe depuis 2014). Les objectifs sont précisés dans la Convention à l'article 3 et basés sur les aspects suivants :

  • renforcement et développement des processus régionaux de coopération et d'intégration, afin de créer un espace économique, culturel, social, scientifique et technologique élargi dans la région
  • préservation de l'intégrité environnementale de la mer des Caraïbes

 

  • promouvoir le développement durable dans la Grande Caraïbe pour concilier développement économique et respect de l'environnement

Il existe cinq Comités spéciaux dont un nous intéresse particulièrement, c’est celui sur les Catastrophes naturelles (fréquentes dans la zone, et jugées prioritaires, car souvent dévastatrices: les inondations et tremblements de terre, les cyclones ou tempêtes tropicales, houles de tempête affectant les zones côtières les plus peuplées, les glissements de terrain dans les zones montagneuses, les incendies de forêt et les autres risques liés à la déforestation, et dans une moindre mesure la sécheresse, risque épidémiologique, risques liés au volcanisme, tsunamis, tornades, et les épizooties ou pestes agricoles).

L'AEC est un organisme de consultation, de concertation et de coopération, elle n'a donc aucun pouvoir coercitif.

 

La CARICOM, Communauté caribéenne (en anglais Caribbean Community), est une organisation supranationale qui regroupe plusieurs États anglophones de la Caraïbe, le Suriname néerlandophone et Haïti à la fois francophone et créolophone. Le CARICOM est né en 1973 entre quatre pays (Barbade, Guyana, Jamaïque, Trinidad et Tobago) avec pour objectifs de renforcer les liens interétatiques dans la Caraïbe afin de créer un marché commun unique. Actuellement elle est composée de quatorze États membres et de six membres associés, la majorité appartenant au Commonwealth. Il existe actuellement aussi sept États observateurs de cet espace. Les principaux organes de décision de l'organisation sont les conférences des chefs d'État et le Conseil des ministres.

 

L’OECO, (Organisation des Etats de la Caraïbe Orientales) est une organisation dont l’objet est la coopération et la promotion de l’unité et de la solidarité entre les Etats Parties. L’intérêt de cette organisation pour la collectivité territoriale a été largement développé dans un précédent compte rendu de mission suite à une visite au siège de l’OECS à Ste Lucie.

 

L’ensemble des participants note le changement de mentalité du MAE vis-à-vis de l’adhésion des CFA aux organisations régionales, la Martinique étant pionnière dans ces adhésions.

 

Coopération régionale dans la zone Antilles-Guyane vue de Bruxelles

M Pierre DIRLEWANGER (DG REGIO) : la coopération avec les régions résulte d’une volonté politique de cohésion ; c’est le second poste budgétaire européen après l’agriculture avec un budget de 350 milliards €. Ces projets concernent 60 zones transfrontalières et 15 zones élargies. En ce qui concerne la France et particulièrement la région Antilles-Guyane, ce sont près de 93 millions € qui ont été dépensés dans les domaines les plus divers (de l’aménagement de stations d’épuration des eaux à St Martin au soutien à la culture de bananes durables aux Antilles).

Les espèces invasives, type poisson-lion, sargasses, moustiques et Zika sont encore une fois mentionnés. Il apparait que le problème environnemental causé par l’invasion des sargasses dans la Caraïbe fait actuellement l’unanimité et est revenu dans chaque échange.

 

L’appel à manifestation d’intérêt des projets INTERREG 2014-2020 (en annexe) devrait sortir d’ici à octobre 2016. Les projets devront être structurants, qu’ils soient transfrontaliers ou nationaux. Parmi les 6 enjeux de développement, M Gilles BAJAZET du Secrétariat Technique de Coopération (STC INTERREG Guadeloupe), mentionne

  • la prévention et la gestion des risques
  • la protection de l’environnement
  • les problèmes de santé liés aux maladies à vecteurs

 

 

 Conclusions de la Ministre des Outre-Mer, Mme PAU-LANGEVIN

Le problème des sargasses est très vite abordé (dès les premières minutes) suivi de l’information sur la reconstruction du village francophone (dont Institut Français d’Haïti) sur le site des Lauriers en Haïti. Enfin, Mme la Ministre mentionne la préparation d’un forum de discussion-information sur la toile en matière de coopération territoriale.

 

Voici quelques extraits des propos de Madame la Ministre :

 

« Par ailleurs ces échanges nous ont permis de mettre en lumière la mobilisation des CFA pour l’accès aux organisations régionales et l’importance de mettre cette mobilisation au service de priorités ciblées de coopération régionale ainsi que le concours apporté par l’ensemble du club France à cet agenda commun. De bonnes nouvelles sont ressorties de ces échanges comme notamment l’intention de la Guadeloupe d’adhérer à l’OECE, la transmission des instruments de ratification concernant l’adhésion de la Martinique comme membre associé de l’AEC, ou les réflexions de la Guyane sur une coopération plus étroite avec l’UNASUR. Conformément à sa position constante ce gouvernement continuera à encourager l’intégration aux organisations régionales, car c’est là que peuvent se forger les réponses communes aux défis régionaux communs. L’état doit pouvoir y concourir en actionnant les leviers relevant de ses domaines de compétences et je requiers votre soutien collectif pour le succès de l’initiative qui nous concerne tous, concernant la proposition de la France d’une conférence sur les sargasses dans le cadre de l’AEC. »…

 

« Faciliter la circulation des personnes au sein de la Région va aussi dans le sens d’une coopération régionale accrue. Vous avez aussi souligné le rôle que peut jouer la Francophonie dans cet espace surtout lorsque la dimension créole est prise en compte et j’ai bien noté les propositions du Président Alexandre à propos des Haïtiens de Guyane et des projets de coopération universitaire avec Haïti.

 

« Quatre pistes d’action commune me semblent pouvoir guider nos travaux. D’abord nous nous sommes rendu compte que beaucoup de choses se font en matière de coopération régionale mais qu’au fond, peu de gens savent tout ce qui existe. Donc si nous pouvions partager ces expériences, ce serait un outil pour tout le monde et à l’heure de la communication numérique nous pourrions essayer de mettre ensemble un espace sur la toile qui pourrait être un forum de discussion, une page hébergée sur un des sites internet existants et j’espère que lorsque nous nous reverrons pour la prochaine conférence de coopération régionale, nous puissions constater l’existence et le succès de cette page sur la coopération régionale, puisque justement c’est une manière de correspondre d’échanger en faisant fi des distances et des difficultés de communications»

 

 

 

 

 

Lu 1723 fois Dernière modification le vendredi, 03 juin 2016 13:06
CCEE de Martinique

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Martinique.

CONTACT

Conseil-de-la-Culture-Education-Environnemet-CCEE-Martinique

CONSEIL DE LA CULTURE DE L’EDUCATION ET DE L’ENVIRONNEMENT DE LA MARTINIQUE

  • Adresse : Hôtel de la CTM , Rue Gaston Defferre-CS 30137-Cluny-97201 Fort-de-France-Cedex.
  • Tél.: 05 96 59 64 79 – 05 96 59 80 59
  • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Fax : 05 59 63 21

Dé ti mo kréyol

Top
Nous utilisons les cookies pour améliorer notre site Web. En continuant à utiliser ce site, vous consentez aux cookies utilisés. More details…